Créer mon blog M'identifier

Les 5 livres que je ne vous conseille pas pour cet été

Le 12 juin 2017, 20:37 dans Livres 3

Voilà pour changer un peu , je ne vous propose pas de livre parfait pour l’été. Mais plutôt le contraire, les livres qu’il ne faut PAS lire en été ! Bien sûr ce n’est que mon avis perso !  Et en plus ce ne sont presque que des livres que j’ai adoré !

5. Crime et Châtiment de Dostoïevski 

Un pavé ! Voilà ce qui n’est pas agréable de lire en été ! On a besoin de légèreté ( en tout cas dans mon cas) et Crime et Châtiment risque vraiment de vous plomber l’été ! Mais c’est un très bon livre à livre en hiver ! 

4. La véritable histoire de Noël, de Marko Leino 

J’ai eu un véritable coup de coeur pour ce livre, mais l’aurais-je eu si je l’avais lu en été et pas pendant la période de Noël  ? Je ne sais pas c’est un mystère, mais vraiment , il n’est pas adapté à l’été !

Au cœur de la Laponie, pays des neiges éternelles, le jeune orphelin Nicolas est recueilli par les habitants de son village. Mais ils sont tous trop pauvres pour pouvoir l’adopter. Le Conseil des Anciens prend alors une décision inédite : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera le jour de Noël.
Avec une étincelle d’espoir et de joie de vivre, Nicolas décide de se consacrer à sa passion : fabriquer des jouets. Le garçon va ainsi raviver l’émerveillement au cœur de cette région glacée. Et pourrait bien être à l’origine d’une des plus belles légendes.

3. Le revenant de Michael Punke 

C’est un très bon livre, mais avec une ambiance froide et oppressante, pas du tout fait pour être lu en été.

États-Unis, 1823. Au cours d’une expédition à travers les Grandes Plaines, le trappeur Hugh Glass est attaqué par un grizzly. Défiguré, le corps déchiqueté, Hugh est confié à deux volontaires chargés de le veiller jusqu’à sa mort puis de l’enterrer. Mais ses gardiens décident d’abandonner le blessé. En plein territoire indien, seul, désarmé et à bout de forces, Glass survit. Son unique motivation : la vengeance.

2. Réparer les vivants de Maylis de Kerangal 

Livre tellement touchant qu’il vaut mieux ne pas le lire sur la plage pour ne pas fondre en larme devant tout le monde. C’est un livre superbe mais à ne pas prendre à la légère. C’est une histoire très émouvante et qui vous hante pendant longtemps après votre lecture.

« Le coeur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps ». « Réparer les vivants » est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le coeur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.

  1. Station Eleven, de Emily St John Mandel 

En général , je trouve que les livres post-appo ne sont pas à lire en été. Ne me demandez pas pourquoi  ! Je ne saurais vous répondre.

Une pandémie foudroyante a décimé la civilisation. Une troupe d’acteurs et de musiciens nomadise entre de petites communautés de survivants pour leur jouer du Shakespeare. Ce répertoire classique en est venu à représenter l’espoir et l’humanité au milieu des étendues dépeuplées de l’Amérique du Nord.

Centré sur la pandémie mais s’étendant sur plusieurs décennies avant et après, Station Eleven entrelace les destinées de plusieurs personnages dont les existences ont été liées à celle d’un acteur connu, décédé sur scène la veille du cataclysme en jouant Le Roi Lear. Un mystérieux illustré, Station Eleven, étrangement prémonitoire, apparaît comme un fil conducteur entre eux…

Et Vous , quels livres ne conseillez vous pas pour l’été ?

 

Les apparences ( Gone Girl) , De Gillian Flynn

Le 12 mai 2017, 12:08 dans Livres 0

Amy, une jolie jeune femme au foyer, et son mari, Nick, forment en apparence un couple modèle.
Victimes de la crise financière, ils ont quitté Manhattan, leur vie aisée, leur travail dans la presse, pour s’installer dans la petite ville du Missouri où Nick a grandi.
Le jour de leur cinquième anniversaire de mariage, celui-ci découvre dans leur maison un chaos indescriptible : meubles renversés, cadres brisés aux murs et aucune trace de sa femme. L’enquête qui s’ensuit prend vite une orientation inattendue : aux yeux de la police, chaque petit secret entre époux et autres trahisons sans importance de la vie conjugale prennent une importance inimaginable et Nick devient bientôt un suspect idéal.
Alors qu’il essaie désespérément de son côté de retrouver sa femme, celui-ci découvre qu’elle aussi lui dissimulait beaucoup de choses, certains sans gravités, d’autres bien plus inquiétantes. Il serait criminel d’en dévoiler davantage tant l’intrigue recèle de surprises et de retournements.

Mon Avis.

J’avais d’abord vu le film  » Gone Girl » que j’ai adoré ! Et j’ai quand même réussi à me faire avoir en lisant le bouquin, alors que je connaissais l’histoire, la preuve que Gillian Flynn a un talent merveilleux. C’est vraiment difficile d’en dire beaucoup sans spoiler, donc je vais en dire peu et ne pas spoiler (enfin essayer).

Le livre est divisé en trois parties. Dans ces trois parties on a le récit de Nick Dunne et celui de Amy, l’alternance des récits fonctionne très bien pour ne pas qu’on s’ennuie une seconde ( comme toujours, j’adore ce type de livre).  L’auteur nous mène en bateau du début à la fin.

Nick Dunne va découvrir que sa femme a disparu, le jour de leur cinquième anniversaire de mariage. Grâce à l’alternance des récits et le journal qu’Amy tient depuis 7 ans, on peut vite comprendre le couple, qui avait l’air heureux, en tout cas au début.  Mais on va vite découvrir que leur relation est basée sur beaucoup de secrets.

On peut saluer le talent de l’auteure avec son intrigue tirée par les cheveux, sa plume fluide, sa façon de nous berner bien comme il faut. Chapeau l’artiste. L’atmosphère du livre est très pesante, de sorte qu’on ne peut pas le lâcher.

Pour moi c’est un coup de coeur, une merveille littéraire, que je conseille à tout le monde.

Gilmore Girls

Le 29 avril 2017, 19:03 dans TV Ciné 0

Quand j’ai su que Gilmore Girls : Une nouvelle année allait sortir dix ans après la fin de la série. Je me suis empressée de regarder… les 7 saisons précédentes ! Et j’ai mis beaucoup de temps, un an je crois. Pas toujours évident de trouver le bon moment et puis aussi, j’avais envie de les savourer. Pour moi Gilmore Girls représente toute mon adolescence, et pour beaucoup d’autres filles ça doit être pareil (je ne pense pas qu’aucun mec ai déjà  vu cette séries aha) . De chaque épisode se dégage un grand bol d’air frais. On voit Rory et Lorelai évoluer. Surtout Rory ! On découvre leur relation mère-fille toute particulière et on s’attache à elles dès le 1er épisode. Stars Hollow devient le village où l’on voudrait tous vivre. Avec ses traditions et ses habitants hors du commun. Le scénario est top grâce à la magnifique répartie de Lorelai , son débit de parole rapide et ses échanges avec sa fille, sa mère ou ses amis. Ce sont des répliques énergiques et des références à la culture pop américaine qui font cette série vivante et rafraichissante. C’est une critique simple de la société, qui ne va jamais trop loin, sans caricature ou préjugés. Il n’y a pas d’intrigues, pas de suspens, pour certains ça peut être long, pour moi c’était parfait. J’avais l’impression que Rory était ma copine de classe fan de livres comme moi, et Lorelai la mère-copine parfaite. La fin est un peu plus décevante, puisqu’elle n’est plus écrite pas la même personne, mais ça reste une bonne fin, qui suit la logique de la série.

Bon bon , là je vous parlais des 7 saisons principales. Passons maintenant à celle toute récente. Où les perso ont pris 10 ans dans la face. Enfin sauf Lorelai qui à l’air d’être abonnée au botox malheureusement. 

Gilmore Girls : A Year in the Life. 

C’est 4 épisodes d’une heure trente, divisé en 4 saisons, l’hiver, le printemps, l’été, l’automne. 

Pour commencer, ça fait super plaisir de retrouver tous les acteurs ( ou presque) de la série, même si certains font vraiment un passage éclair. C’est intéressant de voir l’évolution des personnages. On a de bonnes comme de mauvaises surprises. Il y a des passages très long et inutiles comme la comédie musicale ou Lorelai qui décide de se la jouer Wild et qui revient au bout de 2 jours. Le personnage d’Emily Gilmore ( la mère de Lorelai) est clairement celui qui à le plus et le mieux évolué. Elle m’a étonné et je l’ai adoré. Par contre Lorelai est resté plus ou moins la même, toujours très centrée sur elle-même. Rory est difficile à décrire car elle est littéralement perdue dans sa vie, autant professionnelle que personnelle, c’est assez perturbant et on a beaucoup de compassion pour elle. En tout cas dans mon cas, car j’ai connu cette période de gros doute dans ma vie.

Au final c’est une bonne surprise, une bonne dose de nostalgie, ça nous rappel l’importance des liens familiaux et de l’amitié. Mais la fin est tellement frustrante. J’espère vraiment qu’il y aura une suite à tout ça et qu’ils ne vont pas nous laisser comme ça. En tout cas, après avoir passé 1 an avec elles, elles vont me manquer ces Gilmore Girls c’est sûr.

Voir la suite ≫