Créer mon blog M'identifier

Chanson Douce De Leila Slimani

Le 11 janvier 2017, 11:26 dans Livres 2

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

2.png

Mon Avis. 

Grâce à son écriture tranchante, des phrases courtes et un style qui laisse un sentiment de malaise tout au long de notre lecture, Leila Slimani dresse un portrait d’une vie de famille qui fait froid dans le dos. C’est un couple parisien, deux enfants , Mila et Adam qui doivent rechercher une nourrice car la maman, Myriam, a décidé de reprendre le travail. Ils vont choisir Louise. Pour eux, Louise sera un don du ciel, parfaite avec les enfants, elle tiendra aussi la maison propre, sera toujours polie et discrète. L’histoire devient un huis-clos entre la famille et la nounou. Plus le temps passe plus elle reste tard le soir, plus elle s’immisce dans la vie du couple, jusqu’à se rendre indispensable. Au fil des mois elle tisse sa toile maléfique.. L’auteure décrit très bien la solitude de Louise, sa façon subtile de s’immiscer au sein de ce foyer, son impassibilité étrange…

Leïla Slimani nous décrit la vie de ces parents accaparés par leur travail, toujours pressés, toujours fatigués et qui délèguent l’éducation des enfants à leur nounou.  La psychologie des personnages est décrite avec pertinence. La tension est palpable tout au long du récit. Pour moi ce n’est pas un thriller mais un drame psychologique. C’est une claque glaçante sur la violence sociale, la tyrannie familiale, la quête de la perfection, la solitude, la désespérance, la névrose.. C’est puissant, atroce et l’auteure manie tout ça d’une main de maître sans pathos ni jugement laissant le lecteur dans l’inconfort et le malaise.

Ma Note : 16/20

La Passe-Miroir , Les disparus du Clairedelune

Le 31 octobre 2016, 11:59 dans Livres 0

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Mon avis. Le Tome 1, qui était plus un tome de découverte de l’univers que Dabos a créé, était un coup de coeur, je m’étais tout de même laissé un peu de temps avant de découvrir le Tome 2.

L’histoire reprend là où on l’a laissée dans le tome 1. Ophélie est toujours fiancée à Thorn, un personnage très secret avec qui sa relation est toujours aussi tendue et complexe. Elle vit a la Citacielle où Farouk, l’esprit de famille règne sur tous les habitants. Après un caprice de ce dernier, Ophélie se retrouve promue vice-conteuse et va devoir raconter des histoires à l’esprit de famille et à la cour tous les soirs.

Plusieurs personnes ont disparus et Ophelie va se retrouver malgré elle mêlée à cette enquête. Elle découvre la vie à la cour, avec ses complots, ses jalousies etc. Son personnage va beaucoup évoluer. Elle va s’imposer, prendre des décisions, devenir indépendante et même tenir tête à sa famille. Elle trébuche toujours autant, fait des erreurs, se remets en question et c’est ça qui la rend attachante.

Pas tellement de nouveaux personnages, on en retrouve beaucoup qui étaient déjà dans le tome 1 et ça j’apprécie énormément. Comme l’ambassadeur Archibald et  la tante de Thorn Berenilde ou encore Renard et Gaëlle que j’avais adoré dans le premier tome.

La fin du livre c’est des montagnes russes émotionnelles. On passe par tout : l’angoisse, la peur, tristesse, la joie ! On découvre encore beaucoup de choses sur la fin et on a qu’une envie : lire la suite!

En bref c’est un deuxième tome qui tient ses promesses. On continue de découvrir l’univers créé par C.Dabos mélé à des intrigues très bien menées et des personnages haut en couleur et bien sûr une aventure palpitante. Vous l’aurez compris, c’est encore un coup de coeur.

 

Harry Potter et l'enfant maudit

Le 22 octobre 2016, 22:09 dans Livres 4

Avant la chronique du huitième tome de la saga harry potter, réalisé sous forme de pièce de théatre par John Tiffany et Jack Thorne. Je voudrais quand même préciser que nous sommes plus proche de la fanfiction qu’un huitième tome, puisque JK Rowling n’a pas écrit la pièce mais seulement « validé » le travail des deux auteurs.

Résumé. Etre Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

 

La Chronique. Il est difficile d’être objectif quand on est ultra fan du monde d’Harry Potter. C’était un plaisir de retrouver les personnages, de découvrir également les nouveaux. Surtout Scorpius Malfoy qui est un peu le personnage phare de cette histoire. Il est attachant, il est drôle et adorable. Tout comme le personnage d’Albus Potter qui est très bien travaillé même si c’est un personnage très agaçant voir même insupportable. Mais je vous laisserai découvrir ça par vous même.

 Malheureusement la pièce a quelques incohérences. Les personnages déjà existant sont très mal développés pour ne pas dire raté et ne correspondent vraiment pas à « l’original ». Je n’ai pas beaucoup aimé le scénario non plus, avec une intrigue facile et complètement improbable qui m’a parfois vraiment énervé ! L’histoire n’a rien d’original et on voit vite où ça va nous mener !

En Bref, des nouveaux personnages interessants, un beau travail pour une pièce de théatre mais on est loin de la qualité de la saga de JK Rowling, avec des personnalités baclées et une intrigue improbable. Ça reste tout de même un bon moment « retrouvailles » pour les fans mais ce n’est malheureusement qu’une fanfiction de plus et pas du tout le 8ème tome. Merci aux rois du business et du marketing pour nous avoir vendu du rêve comme ça. Par contre, la pièce de théatre doit vraiment être magique à voir !

Voir la suite ≫