Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

2.png

Mon Avis. 

Grâce à son écriture tranchante, des phrases courtes et un style qui laisse un sentiment de malaise tout au long de notre lecture, Leila Slimani dresse un portrait d’une vie de famille qui fait froid dans le dos. C’est un couple parisien, deux enfants , Mila et Adam qui doivent rechercher une nourrice car la maman, Myriam, a décidé de reprendre le travail. Ils vont choisir Louise. Pour eux, Louise sera un don du ciel, parfaite avec les enfants, elle tiendra aussi la maison propre, sera toujours polie et discrète. L’histoire devient un huis-clos entre la famille et la nounou. Plus le temps passe plus elle reste tard le soir, plus elle s’immisce dans la vie du couple, jusqu’à se rendre indispensable. Au fil des mois elle tisse sa toile maléfique.. L’auteure décrit très bien la solitude de Louise, sa façon subtile de s’immiscer au sein de ce foyer, son impassibilité étrange…

Leïla Slimani nous décrit la vie de ces parents accaparés par leur travail, toujours pressés, toujours fatigués et qui délèguent l’éducation des enfants à leur nounou.  La psychologie des personnages est décrite avec pertinence. La tension est palpable tout au long du récit. Pour moi ce n’est pas un thriller mais un drame psychologique. C’est une claque glaçante sur la violence sociale, la tyrannie familiale, la quête de la perfection, la solitude, la désespérance, la névrose.. C’est puissant, atroce et l’auteure manie tout ça d’une main de maître sans pathos ni jugement laissant le lecteur dans l’inconfort et le malaise.

Ma Note : 16/20